Macron face aux dures réalités budgétaires

Avec un déficit budgétaire de 3,4% en 2016 et une croissance revigorée, on pourrait penser que l’équation budgétaire se présente plutôt sous de bons auspices pour le nouveau gouvernement. Si la reprise se confirme, et que le PIB se place sur une orbite de croissance de 2% l’an – ce qui parait le cas au premier semestre -, cette accélération de près de un point sur un an serait susceptible à elle seule d’induire une réduction conjoncturelle de ½ point de PIB du déficit pour 2017. Avec un déficit budgétaire de 3,4% en 2016 et une croissance revigorée, on pourrait penser que l’équation budgétaire se présente plutôt sous de bons auspices pour le nouveau gouvernement. Si la reprise se confirme, et que le PIB se place sur une orbite de croissance de 2% l’an – ce qui parait le cas au premier semestre -, cette accélération de près de un point sur un an serait susceptible à elle seule d’induire une réduction conjoncturelle de ½ point de PIB du déficit pour 2017.

Sur le papier, le gouvernement pourrait donc partir d’un déficit inférieur à 3%, tel qu’il a été programmé par la loi de finance 2017. Autrement dit, sans rien faire, la conjoncture pourrait offrir sur un plateau la cible des 3%. Mais les choses se corsent ensuite, pour trois raisons au moins.

Les contraintes à prendre en compte même par beau temps économique 

D’abord, la France reste sur le papier contrainte par ses engagements européens. Et tant que sa dette demeure supérieure à 60% et que son déficit structurel est supérieur à 0,5% du PIB, elle est supposée réduire chaque année son solde structurel de l’ordre d’un demi-point par an. Elle se doit par ailleurs de réduire tous les ans le ratio dette/PIB d’un vingtième de la part au-dessus de 60 points de PIB. C’est-à-dire de l’ordre de 4-5 points tous les ans. Et il sera difficile d’évoquer des circonstances exceptionnelles l’an prochain pour se dédouaner de cette obligation.

Il y a ensuite les opérations cosmétiques dont hérite tout gouvernement. Le 2,7% de déficit programmé pour 2017 doit beaucoup à l’art consommé de Bercy de reporter le plein effet des mesures sur l’année suivante… De bonne guerre en phase préélectorale.

Ces bombes à retardement, on les connaît : c’est la création d’un crédit d’impôt sur l’emploi à domicile qui pèsera pour 1 milliards sur les finances de 2018. Il y a aussi l’extension du CICE au secteur de l’économie sociale et solidaire, pour 600 millions, et le reste à payer de toute une série de crédits d’impôt dont la Cour des comptes a souligné la dérive récemment.

Le coût de la flexisécurité

Enfin, il y a le coût du programme présidentiel. Lorsque l’on met bout à bout les annonces,  il est clair que tout ne pourra pas être fait tout de suite.

La flexisécurité a un coût. Celui de l’élargissement de la couverture chômage aux démissionnaires et aux indépendants ; celui peut-être aussi de la fiscalisation du financement de la Sécurité Sociale. Car le basculement des cotisations maladie et chômage payées par les salariés sur la CSG n’est peut-être pas à somme nulle, dans la mesure où les revenus du patrimoine seront sanctuarisés par la flat tax de 30% sur les revenus du capital, ce qui devrait en partie neutraliser les effets de la hausse de la CSG sur toute une partie de son assiette.

Ce à quoi il faut ajouter d’autres dépenses : le renforcement des moyens pour la sécurité, la défense, l’éducation, qui alourdissent encore l’ardoise, pour près de 1,5 milliard. Et la promesse d’une relance de l’investissement, pour 5 milliards.

Des mesures fiscales qui alourdissent la note… à près de 30 milliards d’euros !

Faisons encore un petit tour du côté des annonces fiscales du candidat Macron :

• la réduction de la taxe d’habitation pour 80% des Français, au rythme d’un tiers par an, soit un manque à gagner de plus de 3 milliards d’euros

• le recentrage de l’ISF sur la fortune immobilière, qui pourrait se chiffrer à 2 milliards

• le casse-tête technique de la pérennisation du CICE en baisse de cotisations patronales, qui conduit à alourdir la facture budgétaire de 20 milliards l’année de sa mise en place, puisque se télescopent cette année-là ce qui est dû pour l’année précédente et ce qui est dû pour l’année en cours, les baisses de cotisation ayant effet immédiat.

• le manque à gagner sur la fiscalité du patrimoine (dividendes, plus-values, loyers etc.) pour les tranches supérieures

• la baisse de l’IS, dont l’échéancier reste à préciser.

Mis bout à bout, cela ferait plus de 30 milliards d’euros à financer pour 2018… une mission difficile, pour ne pas dire impossible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s