Présidentielle : un choix s’impose

Nous connaissons désormais les deux candidats qualifiés pour le second tour, Emmanuel Macron et Marine le Pen. Pour autant, nous nous trouvons face à un choix inacceptable, celui de Marine Le Pen. Inacceptable par les valeurs qu’elle porte, inacceptable par les solutions dangereuses qu’elle prétend apporter aux maux dont souffre notre pays. Derrière le maquillage de discours trompeurs, elle ne propose que les illusions pernicieuses dont l’histoire a trop retenu les conséquences autoritaires toujours désastreuses.

Notre pays a besoin de rétablir sa cohésion sociale. L’exigence d’équité et de protection sont enracinées dans la culture française. Or, des mutations économiques et technologiques inéluctables appellent en termes nouveaux une réponse à cette aspiration légitime. Il faut assurer au plus grand nombre l’accès à la santé, à l’emploi, à la formation, à un revenu décent, à de véritables opportunités de promotion sociale. Le sentiment de déclassement et de délaissement dont souffrent de nombreux concitoyens, certaines villes et parfois des régions entières, ne peut pas perdurer.

Pour autant, ce sont les entreprises et l’initiative privée qui sont au cœur de la création des richesses et des emplois. Il faut en finir avec les discours obscurantistes qui prônent la libéralisation totale, tout comme avec la multiplication des carcans réglementaires, sociaux et fiscaux. Il faut non seulement libérer la création de richesses, mais aussi en améliorer la répartition. La France doit savoir mieux valoriser les talents, les inciter à entreprendre, mieux orienter l’épargne vers le tissu productif. Il faut récompenser l’effort et le risque plutôt que la rente. Mais ne jamais oublier que le dynamisme des entreprises, petites ou grandes, locales ou multinationales, est notre principale source de prospérité.

Enfin, qu’on le veuille ou non, la France ne saurait s’extraire des contraintes de l’économie mondiale. Nous sommes imprégnés par des décennies de libéralisation des marchés, de financiarisation, dans un cadre mondialisé. C’est ici et maintenant une révolution digitale qui bouleverse les règles du jeu économiques et sociales. C’est en combinant nos valeurs éthiques et républicaines, nos exigences de cohésion sociale, et notre impératif d’efficacité que nous pouvons construire chemin faisant une société plus équitable, plus responsable, plus respectueuse de son environnement.

Pour affronter ces défis, nous avons besoin d’un profond renouvellement de la pensée économique, plus proche des réalités du terrain. Il nous faut repenser le modèle économique de la France. Mais aussi élaborer un nouveau compromis social.

Par Laurent Faibis, Président-fondateur de Xerfi et économiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s