Les excédents massifs allemands profitent très peu à l’Europe

L’Allemagne concentre à elle seule la quasi-intégralité des excédents de la zone euro. Cela est vrai concernant la balance commerciale. Mais cela reste vrai lorsque l’on prend une approche élargie des flux internationaux avec la balance des transactions courantes. Il s’agit bien sûr d’un constat très agrégé, qui écrase la diversité des situations intra-européennes. Mais qui rend bien compte de la réalité européenne :

1/ Le bassin rhénan concentre la puissance de feu exportatrice de la zone. Et ce noyau industriel exportateur tend à se renforcer sur un mode cumulatif. C’est ce l’on désigne sous le terme de phénomène d’agglomération.

2/ L’Allemagne est structurellement une zone d’excédent d’épargne. Cette situation, qui répond son équation de financement des retraites, complique inévitablement la tâche de ses partenaires… puisque, pour céder au poncif, les excédents des uns sont les déficits des autres.

La zone a donc une grande machine à générer des excédents d’épargne en son cœur. Qui a pour corollaire une concentration productive et un déficit de demande, qui pénalise la périphérie. De là le raccourci qui veut que l’Allemagne soit au cœur, pour ne pas dire la grande responsable de la divergence européenne… mais il s’agit bien d’un raccourci, car un excédent d’épargne se recycle. Et la façon dont il se recycle peut fort bien tempérer cette conclusion. L’Allemagne concentre certes le capital, aspire les ressources humaines les plus qualifiées des pays de la périphérie, et compromet de la sorte leurs chances d’un rebond productif. Néanmoins ses choix d’allocation de son excès d’épargne pourraient contrebalancer l’effet direct des échanges. Si l’Allemagne investissait massivement dans la périphérie de la zone. Si elle finançait massivement les émissions obligataires du sud, le piège de la divergence pourrait se transformer en jeu gagnant à long terme, renforçant les chances de viabilité de l’euro. Qu’en est-il. Vraiment ? Comment l’Allemagne recycle-t-elle ses excédents ?

Face aux excédents colossaux allemands, quelle est d’abord la nature des flux de capitaux internationaux allemands. D’abord des achats massifs de titres, qui ont accompagné la hausse de l’excédent courant. Un socle d’investissement direct, l’Allemagne étant investisseur net. Mais qui oscille à relativement faible niveau. Enfin des flux de prêts bancaires, négatifs. De ces trois types de flux, on connaît la ventilation géographique des deux premiers.

Concernant les flux d’achat de titres, on sait que 88% ont pris le chemin de la zone euro et des institutions européennes (notamment du Fond européen de stabilité financière), depuis 2010. Mais la moitié de ce flux se concentre en fait sur les places du Luxembourg et des pays bas… difficile d’ouvrir alors cette boite noire et d’en connaître la destination finale… C’est une zone d’ombre, à l’intérieur de laquelle on peut supposer qu’il y a beaucoup de flux intra-groupes. Et de fonds d’investissement, plus ou moins toxiques. Pour le reste, il s’agit essentiellement d’obligations d’État, qui prennent le chemin des économies les mieux notées : les économies du Nord, la France et Italie aussi. Mais qui délaissent les pays du sud, l’Espagne, le Portugal et la Grèce, desquels, en dehors des mécanismes de soutien mis en place en 2010, l’Allemagne se désengage.

Concernant les investissements directs. 55% des flux ont pris le chemin de la zone euro depuis 2010. Mais à l’intérieur de ce flux, près de 79% se concentre sur les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique. Autrement dit vers des holdings et sur l’ouverture portuaire de l’Allemagne, les infrastructures de commerce, d’entreposage et de transport qui s’y raccrochent. 9% des flux sont allés vers l’Autriche et les pays Baltes, autrement dit vers les pays de l’Hinterland allemand au sein de la zone. 8,9 % sont allés vers la France et l’Italie, les deux autres grandes économies généralistes de la zone, très en Deçà de leur poids économique dans la zone. Et seuls 0,6% sont allés vers l’Espagne, le Portugal et la Grèce. Hors Europe, la Chine, le Brésil et l’Inde, concentre le tiers des investissements. Bien plus que les Etats-Unis (20%).

Bref, sans surprise, les Allemands financent d’abord leurs intérêts, au moindre risque. Et l’on cherche en vain une vertu rééquilibrant dans leur choix d’investissement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s