Le Sud a touché le fond

Article paru dans La Gazette de Monaco – Janvier 2014. Pour le découvrir en intégralité, cliquez ici

La France sera à la remorque de ses partenaires en 2014. Nous croyons aux inflexions qui se sont esquissées l’an dernier. 2013 marque bien le point de sortie d’une crise à rallonge pour les économies développées. Il s’agit en règle générale d’une reprise par l’offre avec une faible propagation à la demande. Mais la dynamique de l’emploi pourrait courant 2014 consolider le mouvement au sein des économies avancées. Une partie des solutions des problèmes de l’économie française viendra de ce décalage avec l’international. Cette situation permettra de restaurer en douceur la profitabilité des entreprises, leur compétitivité sans cataclysme sur l’emploi. Il y a dans ce décalage un mal nécessaire, inhérent même à notre modèle s’il ne veut pas être disqualifié. On ne peut tout à la fois amortir à la baisse et rebondir. La reprise est donc ténue mais bien là. C’est une reprise atypique, incomplète. Sans consommation et sans investissement logement. Une reprise alimentée par les entreprises qui accèdent directement aux marchés extra-européens ou indirectement dans le sillage de la sous-traitance des grands groupes  français et  étrangers. Une  reprise pour quelques-uns en définitive, dont la diffusion reste encore  modeste et qui laisse en souffrance des  pans entiers de l’économie. Une France reprend, l’autre pas.

Olivier Passet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s